École primaire en Guinée

Projet d’une école primaire en Guinée (Conakry)

La Guinée est l’un des pays les plus pauvres de notre planète, il traverse des conditions socioéconomiques pénibles et sort à peine du fléau Ebola.

Ce cadre défavorise évidemment un enseignement de qualité. Les classes sont surchargées et peuvent atteindre des effectifs compris entre 70 et 100 élèves. Les enseignants sont parfois mal formés et/ou démotivés au vu de l’ampleur de la tâche et de leur rémunération. L’enseignement n’est donc pas optimal.

Les conditions d’accueil des établissements scolaires ne sont pas au niveau des standards internationaux et au-delà de l’enseignement, la logistique reste faible : problème d’accès à l’électricité, à l’eau, difficulté à mettre en place des cantines, des toilettes. Enfin, le défaut d’équipement est également manifeste ; le nombre de table et de chaise par élève reste faible, ainsi que le matériel scolaire.

Afin de pallier ce problème, à l’échelle d’un quartier de la capitale guinéenne, un projet de création d’une école primaire nous a été soumis.

L’objectif de cette école primaire, pour une ouverture prévue en octobre 2017, s’articule autour des 3 axes suivants :

  • Enseignement standard et de qualité tout en favorisant l’égalité des chances :
    • 12 classes de 30 élèves avec une parité entre les filles et les garçons ;
    • accueil de 30 % d’élèves boursiers sur critères sociaux (paiement intégral de leur scolarité) ;
    • test de niveau, afin d’orienter les élèves sur la bonne classe et déterminer le soutien scolaire adéquat ;
    • soutien scolaire et mise à niveau pour les élèves le nécessitant (estimation à 50 % des effectifs au démarrage de l’école) ;
    • 12 professeurs des écoles et 12 assistants (nous favoriserons la parité) ;
    • conditions d’accueil sur la base des standards internationaux (cantine, toilettes, accès à l’électricité et à l’eau, aire de jeux, etc.).
  • Enseignement et pratique de l’hygiène :
    • enseignement de l’hygiène, dispensé par un médecin et une sage-femme, notamment dans un cadre post-épidémique de fièvre Ebola et de maladies tropicales, telles la malaria, le choléra, etc ;
    • installation d’unités de lavage des mains devant chaque classe, afin d’éviter les « mains sales » qui sont des facteurs de propagation de maladies parasitaires et infectieuses.
  • Instruction extrascolaire pour lutter contre les mutilations génitales des filles
    • Ce pays connaît encore des coutumes qui conduisent à des mutilations génitales, telle l’excision. Pour lutter contre ces pratiques, l’école mettra en place des groupes de paroles, afin de sensibiliser les habitants. Ces groupes de paroles se tiendront en dehors des activités scolaires.
    • Des enseignants, du personnel de santé et des animateurs sociaux développeront ce programme, en langue française, en soussou, en malinké, en poulard, etc., afin d’avoir une diffusion la plus large.
  • Ce projet sera piloté sur place par un médecin guinéen qui a mené plusieurs projets en santé publique (création d’un système national de santé et élaboration de programmes de formation de professionnels de la santé). À cette fin, il met à disposition un terrain pour la construction d’un établissement scolaire respectant les standards internationaux. Il sera appuyé par un expert guinéen de l’éducation qui a enseigné de nombreuses années dans le système guinéen et français en Guinée et qui est formateur d’instituteurs. Ce dernier a ainsi développé des programmes adaptés aux élèves guinéens (de l’école maternelle jusqu’à l’école primaire).

 

L’éducation et le développement durable sont deux piliers de notre association. Par conséquent, notre association souhaite apporter son appui à ce projet de la construction de cette école primaire jusqu’à son entrée en fonction.

Ce projet devrait créer localement une trentaine d’emplois durables, comprenant les enseignants et les autres personnels contribuant au fonctionnement de l’établissement.

L’association Éducation et développement durable pourra accompagner ce projet, en participant aux actions suivantes :

  • aide à l’élaboration du dossier et du budget (nous avons réalisé une première revue du projet) ;
  • aide à la recherche de financements auprès de son réseau, mise en relation entre l’équipe locale et les finances internationaux ;
  • recherche de bénévoles pour la construction de l’école (chantier) et le démarrage de la première rentrée ;
  • support dans le recrutement des enseignants (une directrice des Ressources humaines de l’enseignement est disposée à suivre le projet sur cet aspect).